Les Linteaux

Les montants de la porte soutiennent le linteau. Ce dernier marque la frontière entre le monde extérieur et la maison. En passant sous le linteau, le visiteur pénètre dans le domaine du maître de la maison, aussi le linteau, symbole du propriétaire, porte-t-il souvent les marques de ce dernier, et a-t-il droit à une ornementation particulière. Les linteaux de porte de Steige comptent parmi les plus beaux du Val de Villé.

Presque tous les linteaux mentionnent la date de construction de la maison ; néanmoins quelques-uns parmi ceux qui sont dépourvus de millésime semblent devoir être classés parmi les plus anciens du village et les plus intéressants.

Les linteaux sculptés se révèlent particulièrement nombreux à Steige et d’une exécution souvent remarquable. Ce phénomène est-il dû au fait que le village soit un important lieu de passage vers la Lorraine ? Il n’est pas interdit de le croire. Mais la population de jadis avait un goût sûr qui l’incitait à conserver les vieilles pierres, même s’il fallait contrevenir à leur destination première.

Les linteaux gothiques

  • N°16, Grand’Rue : La porte de l’étable est surmontée d’un linteau de style gothique flamboyant, récupéré jadis sur quelque monument religieux. Dans l’arceau central figure une espèce de maillet ou de clou
  • N°132, Grand’Rue : Ce linteau tient à la fois du style gothique flamboyant et du style Renaissance. Les éléments gothiques sont constitués par six cercles en moulure pleine imitant les oculi des fenêtres du gothique tardif. Dans les cercles se meuvent des S couchés ou dressés, inversés ou correctement tournés. Ces figures, qui évoquent la svastika, sont formées par l’association de deux mouchettes. Elles donnent une impression de mouvement qui anime le linteau. L’élément Renaissance consiste en une coquille Saint-Jacques déployée au centre du linteau.

Les linteaux du 16è siècle

  • N°45, Grand’Rue : Les entrées nord et sud de la maison sont ornées d’un magnifique linteau Renaissance dont l’arcade décrite par l’un des tores du moulurage est remplie par une grosse coquille Saint-Jacques.
  • N°13, Grand’Rue : L’entrée de la cave est dotée d’un bel encadrement mouluré. Au milieu du linteau droit figure un écu germanique contenant une étoile de David. Dans un cartouche romain placé à droite de l’écu figure le millésime 1563. Une rosace lui fait suite. La partie inférieure du linteau est occupée par le prolongement des moulures des montants et par deux rosaces placées dans chacun des deux coins inférieurs.
  • N°11, Grand’Rue : Le millésime 1568 apparaît, avec les initiales M P, dans un écu germanique taillé en relief au milieu du linteau de l’entrée du logis. Les linteaux gothiques
  • N°16, Grand’Rue : La porte de l’étable est surmontée d’un linteau de style gothique flamboyant, récupéré jadis sur quelque monument religieux. Dans l’arceau central figure une espèce de maillet ou de clou
  • N°132, Grand’Rue : Ce linteau tient à la fois du style gothique flamboyant et du style Renaissance. Les éléments gothiques sont constitués par six cercles en moulure pleine imitant les oculi des fenêtres du gothique tardif. Dans les cercles se meuvent des S couchés ou dressés, inversés ou correctement tournés. Ces figures, qui évoquent la svastika, sont formées par l’association de deux mouchettes. Elles donnent une impression de mouvement qui anime le linteau. L’élément Renaissance consiste en une coquille Saint-Jacques déployée au centre du linteau.

Les linteaux du 17è siècle

  •  N°9, rue Haute : Cette maison récente a conservé un linteau daté de 1621. Le millésime précédé des initiales H G est inscrit dans un cartouche romain.
  • N°58, Grand’Rue : Le linteau de la porte de l’étable présente en son milieu un écu germanique sculpté en relief et contenant les initiales N C (Nicolas Clavelin, l’un des premiers rebatisseurs du village, après la Guerre de Trente Ans). Les chiffres du millésime 1696 encadrent

Les linteaux du 18è siècle

Les motifs religieux

  • N°3, Grand’Rue : Sur le linteau plat légèrement cintré, on a taillé en creux trois cartouches en forme de quatre-feuilles. Dans celui du milieu se lit le millésime 1775 surmonté des initiales L Q E H. Dans les deux autres, plus petits, placés de part et d’autre, on reconnaît le monogramme du Christ avec croix latine et coeur dans celui de gauche, et dans celui de droite, les initiales d’une invocation à la Vierge (Salve Maria Regina).
  • N°117, Grand’Rue : Au centre d’un haut linteau plat légèrement cintré à la base figure un quatre-feuilles orné aux coins d’un groupe de trois petites feuilles. Dans le cartouche, on a gravé, en les superposant, un coeur surmonté d’une croix patriarcale, le millésime 1782 et les initiales I Q J F.
  • N°135, Grand’Rue : Sur un linteau de 1718, on a gravé un coeur à la pointe duquel pendent trois clous en éventail.

 Les rosaces

  • N°50, Grand’Rue : Une belle et grande rosace taillée en bas-relief dans un cercle trône, telle un soleil, au milieu du linteau et empiète sur le champ du long cartouche rectangulaire où l’on peut lire : I B 17/18 B B.
  • N°13, Grand’Rue : Au milieu du linteau plat figure une rosace inscrite dans un carré. Seuls les pétales en diagonale sont entiers, les quatre pétales plus larges et disposés en croix sont amputés par les côtés du carré.
  • N°133, Grand’Rue : Au centre du linteau se tient une belle rosace en bas-relief. Ses bords épousent approximativement la forme d’un carré.
  • N°100, Grand’Rue : Au milieu du linteau de l’ancienne étable figure une rosace à huit pétales inscrite dans un carré. A gauche, on voit un fer à cheval, une paire de pinces et un marteau gravés dans la pierre sous le millésime 1721. De l’autre côté, il y a des initiales.
  • N°7, rue des Hautes Vignes : Sur le linteau de 1722 figure une rosace à huit pétales.
  • N°51, Grand’Rue : Une rosace à huit pétales se trouve également sur ce linteau de 1759.
  • N°53, Grand’Rue : Le linteau de 1719 surmontant la porte arrière du logis est orné, au centre, d’une rosace à douze pétales inscrite dans un cadre carré comportant un bouton dans chacun des coins. Une roue et une doloire (les symboles professionnels du charron) encadrent la rosace.
  • N°194, Grand’Rue : Deux rosaces à six pétales tracées au compas et inscrites dans un cercle encadrent des initiales et le millésime 1730. Au-dessus du linteau, on remarque une corniche moulurée. Une seule inscription : le millésime 1725.
  • N°8, rue Haute : Trois rosaces différentes, inscrite dans des carrés et placées côte à côte ornent ce linteau plat surmonté d’une corniche moulurée. Une seule inscription : le millésime 1725.
  • N°61, Grand’Rue : Trois rosace à huit pétales inscrites dans des carrés ornent ce linteau droit de 1738. Les pétales disposés en croix ont la forme d’un coeur
  • N°200, Grand’Rue : Trois rosaces inscrites dans des carrés égayent ce linteau droit, mais mouluré, daté de 1754.

Les moulures pleines

  • N°49, Grand’Rue : Le linteau cintré possède des arêtes inférieures vives. Sur le bord extérieur court un tore accompagné d’un listel sur le côté interne. Aux deux extrémités, le tore forme deux décrochements vers le haut qui dessinent une pointe du côté interne avant d’épouser la courbe décrite par la partie cintrée du linteau. Entre l’arête inférieure et le tore figurent des initiales et les chiffres du millésime 1765, de part et d’autre d’une petite croix grecque.
  • N°55, Grand’Rue : Linteau à peu près identique au N°49. La seule différence notable que l’on remarque est que la partie du tore qui décrit un arc de cercle a été tellement rapproché de la base du linteau que le millésime 1769 et les initiales ont dû être reportés dans l’espace libéré au-dessus de la moulure entre les deux décrochements extérieurs.
  • N°1, rue des Hauts Jardins : Le linteau cintré est occupé au centre par un cartouche en forme de quatre-feuilles. Des initiales y ont été gravées. Une moulure en forme de tore part du cartouche en décrivant deux lignes courbes brisées qui tombent à la verticale sur les montants du chambranle.

Aucun événement à venir prochainement.

Abonnez-vous à la lettre d´information en remplissants le formulaire ci-dessous.
Un e-mail de confirmation vous sera envoyé.